Vis ma vie de fermier ! :)

couv

 

DSC02249Nous sommes arrivés fin novembre à Adelaide et avons visité la ville ainsi que la région pendant près de 2 semaines. Adelaide est la plus grande ville (la seule ? ;)) de la région South Australia. Elle est assez plaisante, et est composée de longues rues quadrillées, un peu à l’Americaine… Le centre est tres facilement accessible à pied et nous y avons passé des après-midis sympas à nous y ballader.
Nous avons aussi profité du fait d’être entre ville pour aller à la bibliotèque afin de refaire nos cv : après 2 mois de vacances, nous avons pensé qu’il était temps de trouver du travail histoire de continuer notre voyage plus sereinement.

DSC02256Nous avons continué notre balade pendant quelques jours, en longeant la côte de la peninsule située au sud d’Adelaide dans le but de nous éloigner de la ville pour trouver un travail à la campagne. A Murray Bridge, nous nous sommes rendus dans 3/4 boites de prestas et autres fournisseurs d’emplois, mais sans succès. Ca nous a un  peu sappé le moral. C’est là qu’on a repensé au «Harvest Guide» qu’on nous avait donné à Espérance : un guide qui référence tous les principaux lieux de culture ainsi que les dates des récoltes. On a vu qu’au nord-est d’Adelaide, il y avait un tas de lieux le long de la Murray River où se faisait la récolte des «stones fruits» (fruits à noyau) : Barmera, Berri, Cadell, Loxton, Renmark, etc… On a décidé de se rendre dans la plus proche de toute : Cadell !

 

Cadell, c’est comme le Crozet ou Fericy en France. Ca ne vous dit rien ? Normal, c’est vraiment tout petit. Quelques maisons, dont la plupart sembles vides, une petite épicerie, un bar dans lequel la plupart du village se réunit, un terrain de pétanque autralienne, un camping et un free camp au bord de la rivière (c’est ça qui sauve tout ^^). A part, l’épicerie, il faut faire 25 km pour «aller en ville», et encore on y trouve que le minimum tel qu’un supermarché…

IMG_20151209_175318On s’est rendu au free camp (qu’on a trouvé grâce à l’appli Wiki Camp) pour la première journée. On a pu se baigner, pic-niquer au bord de l’eau. Le lendemain on s’est rendu à l’épicerie (on n’a rien trouvé d’autres où il y avait des gens) afin d’avoir des renseignements. On a été très bien reçu : on nous a indiqué 3 fermes où on pouvait surement trouver du travail. Super contents de cette rencontre et des infos qu’on a obtenu, on sort de l’épicerie et on se rend à la ferme la plus proche. Personne aux alentours. On décide d’attendre un peu et au bout de quelques instants, un fermier en tracteur arrive sur la route. Ni une, ni deux, on arrête le tracteur et on commence à discuter, se présenter et expliquer qu’on cherche du travail. Il s’avère qu’il gérait la seconde ferme sur la liste (oranges et vignes principalement). Au bout de 5 minutes d’échanges, il nous dit qu’il a du travail pour nous et 30 minutes plus tard on se retrouve à ramasser des oranges dans son champs ! 🙂 Bon, faut savoir que la cueillette d’oranges, c’est pas le top : payé à la caisse, faut grimper dans les arbres, on récolte pas mal de griffures sur les bras, des courbatures, mais malgré tout on est content d’avoir trouvé un travail ! 🙂 On fait ça pendant 3 jours avec un couple d’Espagnols, avant que le producteur vienne nous voir pour dire qu’il devait stopper sa récolte car les prix du marché étaient trop bas. On est déçus, mais il nous dit qu’il reviendra vers nous quand la cueillette reprendra.

Le soir-même, on se rend au camping pour prendre une bonne douche bien méritée et on croise les Espagnols et un autre couple de Bretons. On passe la soirée tous ensemble à boire du vin de la propriété en question et manger des crèpes faites par un cuisinier Breton !
Le lendemain, on décide de retourner au free camp profiter de la rivière avant de se rendre aux autres fermes pour chercher du travail. Finalement, pendant la soirée, les gérants du camping dans lequel nous étions la veille sont venus nous chercher en nous disant qu’ils avaient des amis qui cherchaient de la main d’oeuvre pour de la cueillette d’abricots. Le lendemain matin on se rendait donc chez Kevin & Cindy…

Kevin & Cindy possèdent une ferme bio qui fait des abricots, poires, pèches, prunes et vignes. Les fruits sont soit vendus tels quels, soit vendus sous la forme de fruits secs (séchés au soleil pendant plusieurs jours). Les caratéristiques principales de la ferme bio sont :
– pas de pesticides pour tuer les insectes et autres additifs,
– sécher les fruits naturellement (à l’aide du soleil) et non les sécher à l’aide de produits (comme ça peut se faire ailleurs),
– une certaine qualité de l’eau utilisée pour laver les fruits (testée tous les jours),
– et sûrement d’autres trucs qu’on ne sait pas…

On a été vraiment bien aceuilli par toute l’équipe, on s’est mis au travail immédiatement. Après la première journée de travail, on est resté pour l’apéro pour gouter le vin de la propriété. On a vraiment eu un bon premier contact avec eux.

La première semaine où on travaillait à la ferme, on vivait encore au camping puis les proprios de la ferme nous ont proposé une chambre chez eux et on n’a pas refusé, c’est bien mieux que le camping : Cadell ne se situe pas sur la côte ce qui fait que les nuits peuvent être très chaudes, surtout dans le van. Il y faisait encore 40 degrés à 22h… On a donc eu le droit à une chambre avec lit double et la CLIMATISATION ! Nous étions aussi en compagnie d’autres jeunes. La maison est vraiment bien amménagée : elle dispose de deux salons, dont un pour les wwoofeurs afin d’avoir un peu d’indépendance. Kevin et Cindy sont habitués à la vie en groupe, ils ont déjà reçus plus d’une centaine de wwoofeurs.

On a fait un mois de récolte d’abricots : boulot de 6h du matin à 15h, 7 jours sur 7. Donc les journées étaient bien longues et fatiguantes, surtout avec la chaleur qu’il fait ici. On a eu une semaine où il faisait 45-46 degrés… On participait à toutes les étapes de la ferme entre la récolte et la mise en boite des fruits. Nous avons aussi participé à la récolte des poires et des pêches durant le second mois.

Notre travail consistait à :
– ramasser les fruits dans les arbres,
– conduire le tracteur qui stock les fruits pendant la récolte,
– travail à la chaine sur les machines qui coupe les abricots,
– couper les poires à la main,
– placer les fruits au soleil,
– recupérer les fruits séchés,
– trier les fruits secs,
– laver les fruits à l’aide d’une machine,
– faire du packing : mise en boite des fruits pour la vente,
– entretenir la propriété : nettoyer, couper l’herbe, réparer l’arrosage automatique des arbres fruitiers (on est dans le dessert, y’a du sable partout mais il arrivent à faire pousser des trucs en arrosant à fond avec l’eau de la rivière),
– autres aides diverses telle que nourrir les canard et gérer les nouveaux nés. 🙂

Voilà pour le côté boulot. Ces deux mois nous ont aussi permis de vivre une très belle expérience humaine avec des australiens vraiment sympa, généreux et ouvert et qui nous ont reçu comme des amis le feraient. On a participé à de nombreuses fêtes avec leurs amis et famille. C’était beaucoup plus qu’une simple relation employeur-employé. Par exemple, nous avons passé la journée de noël dans leur famille (avec les autres wwoofeurs aussi) : il faisait chaud (37 degrés) et beau, on a bien profité de la piscine ce qui est assez déroutant le jour de Noël ! 🙂 On a eu l’occasion de manger du crabe (qu’ils avaient eux-même péché la veille) et des tonnes de viandes. En Australie, la viande ne coûte pas si chère par rapport au reste et ils font très souvent des barbecs… On a aussi passé le nouvel-an en compagnie des Australiens : Harley (un des jeunes employés de la ferme) nous a emmené dans une «fête de rue» dans le village : tout le monde sort dans la rue les tables de camping, les galcières, les packs de bière, les plats faits maisons…

Pour la suite, on quitte Cadell le mi-février pour aller vers Melbourne… Enfin on va voir de la ville ! (On a mangé une seule fois au fast-food en 2 mois… Faut faire 200 km aller-retour pour rendre visite à Ronald, donc bon…). Puis, on va en Tasmanie début mars (l’île au sud de l’Australie). On y va en bateau, donc on emmène Donovan ! 🙂
Ensuite, on va remonter vers le nord le long de la côte est. Notre ami Cyril nous rejoins à Sydney fin avril ! Grosse news ! On va visiter Sydney ensemble, puis aller en Nouvelle-Zelande tous les trois (pour, entre autre, faire le site du Seigneur des Anneaux !!!).

En conclusion de ces deux mois, nous pouvons dire qu’on est un peu triste que cette belle aventure s’achève, mais il est temps de reprendre la route pour visiter le reste de l’Australie ! 🙂

DSC02266


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/44/d272785412/htdocs/lauretteetgege/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Une réflexion au sujet de « Vis ma vie de fermier ! :) »

  1. Super votre plongée dans le monde rural. J’aurais toujours une pensée émue pour vous quand je mangerai des abricots secs..,,,,,,,,,a bientôt pour une chronique citadine, et merci de me faire voyager !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *